Voici Jérémie, fan d’électro ET du Front de Gauche, un expert en Collage Digital!

Jérémie, Expert en Collage Digital, 2014

NI BLABLA NI RONRON.Paris, 42 rue de l’Yvette. Jeudi 15 mai 2014, quatorze heures et quarante minutes. Je le pressens. Encore quelques heures à  photographier mes fonds de tiroirs et je quitterai le studio délivré de toute fièvre digitale…Ce qui me permettra de connaitre d’autres moments délicieux. Refaire  des photos de natures mortes avec le Rollei SL 66. Explorer les dunes d’Ostende. Aller chercher des bois flottés sur les plages de la mer du Nord. Écouter  les envoûtantes pièces pour piano de Toru Takemitsu et les drames chuchotés de Robert Ashley. Continuerai-je  longtemps New Still Lifes? Jusqu’au lundi 30 Juin, c’est sur! Au delà?  Il faudrait  qu’une pluie d’encouragements s’abatte sur le site. Bonnes vacances, amis lecteurs! Bouddha vous bénisse!

Vous rêvez d’une double vie? Écrivez un journal en ligne!

Le Boy

NI BLABLA NI RONRON. Ostende, Belgique, 29 Kemmelbergstraat. Mardi 6 mai 2014, Treize heures et trente-cinq minutes. Je viens de taper « Online Diary » sur l’ordinateur et Google m’a annoncé 326 millions de résultats. Découragé? Pas le moins du monde. L’apprenti diariste que je suis ne va pas se laisser démonter pour si peu. Je continue donc à écrire le roman de ma petite vie, aidé d’un  dictionnaire Robert des années 80, d’un porte-mine de couleur rose et d’une gomme. Dans le sous-verre qui décore mon bureau, »Le Boy » (ci-dessus), un dessin d’octobre 2011, le mois où j’ai décidé de commencer  à mener sur Internet ma littéraire double vie. Jusqu’à aujourd’hui, sans regrets. Ce qui veut donc dire…à suivre. Bouddha vous bénisse.

Ecrire un journal en ligne, c’est jouer avec le temps qui passe. La preuve.

Coeur de Poussière

NI BLABLA NI RONRON. Ostende, Belgique, 29 Kemmelbergstraat. mardi 6 mai 2014, douze heures et trente deux minutes. Maintenant que je vous raconte ma vie, je fais attention à tout  et je note sur un petit carnet bleu Campo Marzio Design les détails qui animent le train-train de  mon existence. L’achat d’un rasoir électrique, les balades, une phrase entendue à la radio,etc…Étrangement, ce que j’ai le plus envie de raconter, c’est ce qui se passe quand justement il ne se passe rien. Par exemple quand l’arrivée de la pluie m’invite à inventer un cœur de poussière. A ce moment-là, – voyez ci-dessus-, je me sens diariste, c’est à dire un ours qui joue avec le temps qui passe. Keep walking… 

Anti-blues et porte-bonheur : Ray, un petit bonhomme fil de fer et scotch!

Le Petit Funambule
NI BLABLA NI RONRON.  Ostende, Belgique. 29 Kemmelbergstraat. Mardi 6 mai 2014, neuf heures et vingt-trois minutes. Le long de la cote ce matin, vive  impression de solitude. De la digue enveloppée de grisaille, seul et pensif au fond de ma parka, j’ai longtemps regardé la mer. Au bout de la jetée,  un voilier filait vers l’Angleterre. Retour à l’atelier, cherchant la photo la mieux à  même de chasser mon blues, j’ai choisi Ray. C’est le  funambule que vous avez sous les yeux.  Dessiné à une époque où je me faisais un sang d’encre pour ma carrière de DJ, il m’avait porté chance. Depuis, sa photo me suit  partout, enfin une simple photocopie  pliée  au fond de mon portefeuille.  Bouddha vous bénisse! 

 

« Mignonne, c’est l’avril : les lilas et les roses* éveillent dans mon cœur de bien troublantes choses »…

Mignonne...

NI BLABLA NI RONRON (05/10). Paris, 2 rue Vivienne, Institut national d’histoire de l’art. Salle Ovale, place 82.  Jeudi 20 février 2014, dix heures et quinze minutes. Au dos de la carte* postale  adressée à Mademoiselle Glachet Blanche, repasseuse à Gamaches (Somme), quelques mots de sa « Chère Soeur ». C’est pour lui annoncer que « Renée (?) depuis 2 jours a de fortes coliques avec un peu d’échauffement d’intestin ». La sœurette ajoute « un peu comme Maurice (??) quand il était petit ». Réfléchir à  l’idée de photos à faire à partir d’objets payés maximum 2 euros, soit le double du prix de cette carte trouvée dimanche chez Domino, le meilleur salon de thé d’Ostende (16b Witte Nonnenstraat). BOUDDHA VOUS BÉNISSE!

Arno, Toots Thielemans and … The Seagull!*

Black and white photograph of a poster seen in the center of Ostend close to the music bars...

Arno, Toots Thielemans et…la mouette!

In my photographic activities, nothing pleases me more than having to stage my favorite objects, since the creation of New Still Lifes, a photo-blog dedicated to still (and sometimes street) photography. If you are yourself enthusiast (or author) of such images, don’t hesitate to leave me a note and especially an address. It will be with great pleasure that I will discover your creations. So, see you soon, Dear (s) Unknown (e) … Jean-Loup Lafont, author and photographer of « The Rose Brezhnev », « The Brezhnev Rose » and « Waikiki Beach » (to flick on www.blurb.com) All work copyright 2011-2013 Jean-Loup Lafont.

Just the Magic of « a Blue Day » *

Color photograph of the Lido beach, a summer morning in Ostend, Belgium

* Juste la magie d' »un jour bleu »…Hommage à Paul-Jean Toulet (« Il n’est plus, ce jour bleu – ni ses blanches colombes/ Ce jour brûlant, où tu m’aimas parmi les tombes », Les Contrerimes, LXXII) Une rêverie photographique, c’est le petit voyage couleurs ou noir et blanc auquel je vous invite chaque jour, du lundi au vendredi, dans Newstilllifes.com…Auteur-photographe depuis 2002, j’ai désormais une boutique de vente sur Internet. Il suffit, pour visiter ses six galeries (Affreux Jojos, Flowers, Guys, Trinkets, Words and Yuppies), de se rendre à l’adresse jeanlouplafont@photoshelter.com. Bonne balade et j’espère, à très bientôt!

What I’Ve Seen in the Shadow of a Shadow*…

Photograph of a woman's face taken through a sheet of glassine paper.

*Ce que j’ai vu dans l’ombre d’une ombre…

Des poupées. Des feuilles d’arbre. Des cailloux. Tels sont les « jouets » avec lesquels Jean-Loup Lafont, photographe autodidacte, s’amuse depuis une petite dizaine d’années. Collectionnées en France, aux Etats-Unis et en Russie, les créations photopoétiques de Jean-Loup Lafont sont aujourd’hui proposées à la vente sur le site américain www.photoshelter.com. Chacune des 126 photographies de natures mortes est disponible en trois finitions. Comptez 10 dollars pour un 10″x10″ et 5 dollars environ pour les frais de poste (si vous habitez les Etats-Unis ou le Canada). All work copyright 2011-2013 Jean-Loup Lafont.

%d blogueurs aiment cette page :